Feed aggregator

Philippines: Philippines Humanitarian Bulletin Issue 22 | 26 February – 31 March 2014

Philippines - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 8:45pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: Philippines preview

HIGHLIGHTS

  • An estimated 64,600 people displaced by fighting in September 2013 in Zamboanga City are in need of immediate durable solutions.

  • Food security, agriculture, livelihood and shelter support remain priorities in Typhoon Haiyan-affected hinterland communities.

  • Clusters develop transition plans as Haiyan response shifts to early recovery.

  • After Action Review conducted to take stock of Haiyan civil-military coordination and use of foreign Military Civil Defence Assets.

Chile: Chileans survey damage after huge quake kills six

Colombia - Chad - 1 April 2014 - 8:12pm
Source: Agence France-Presse Country: Chile, Colombia, Ecuador, Honduras, Panama, Peru

04/02/2014 19:39 GMT

by Roser TOLL

SANTIAGO, April 2, 2014 (AFP) - Thousands of Chileans returned to their homes Wednesday after spending the night on hills following a powerful 8.2-magnitude earthquake that killed six people and sparked tsunami alerts as far as Japan.

Police and soldiers patrolled the streets to prevent looting after Tuesday's shallow quake in the north of the country, and in the chaos some 300 inmates escaped after the wall of a women's prison collapsed in Iquique, the city closest to the huge quake's epicenter.

Authorities said 110 of them had been recaptured, while copper prices in the major mining country jumped to a three-week high after a series of strong tremors caused nearly one million people to evacuate their homes along the coast.

Chilean television showed sagging roofs, broken windows and shelves and merchandise on the floor at shopping centers in Iquique, located about 1,800 kilometers (1,120 miles) north of the capital Santiago.

Some 2,000 homes were damaged in the town of Alto Hospicio, near Iquique, the National Emergency Office said.

Thousands of people slept in the open on hills surrounding the city during the night. They returned home after authorities lifted the tsunami alert 10 hours later.

Similar evacuation warnings were issued in a ripple effect up the Pacific coast of South America and into Central America.

Tremors were felt in Peru and as far inland as landlocked Bolivia.

Across the Pacific, Japan issued an alert over the risk of a tsunami of up to one meter (three feet). The waves were expected to hit Fukushima prefecture, which was devastated by a 2011 tsunami, Kyodo News agency reported, though little or no damage was anticipated.

In Indonesia, officials said that the Asian nation could be hit by waves of up to half a meter.

"The earthquake was quite violent. The hardest was spending the night outside," Christian Martinez, a school director who returned to survey his classrooms in Iquique for any damage, told Channel 13 television.

Six people -- five men, including a Peruvian, and one woman -- were killed in Iquique and the nearby Alto Hospicio municipality. Authorities earlier said four men and two women had died.

Another nine people were injured in neighboring Peru, where homes were damaged.

  • Lessons from past -

President Michelle Bachelet declared parts of northern Chile disaster zones and traveled to Arica and Iquique to survey the damage and lead relief efforts.

She deployed troops to prevent looting and disorder from breaking out, as they did after a deadly 8.8-magnitude quake in 2010.

More than 500 people died and $30 billion in damage was wrought in that disaster after Bachelet's government prematurely called off a tsunami alert, causing people to return home only to die in the ensuing waves.

This time, however, the evacuations appeared to have gone smoothly.

"A titanic task was dealt with in an exemplary way," Bachelet said.

Public Works Minister Alberto Undurraga said Chile had learned from past disasters.

"Each one leaves some lesson," he said.

The quake struck at 8:46 pm (2346 GMT) at a depth of 10 kilometers, 83 kilometers from Iquique, the United States Geological Survey said. Chilean seismologists said it was four times deeper, however.

At least 20 aftershocks shook Chile and authorities warned that more may come in the next few days.

Some fires broke out, roads were damaged and power was knocked out in the northern city of Arica, although there was no widespread destruction, said disaster relief agency ONEMI.

"The street lights were busted, people ran terrified. After the earthquake there were several aftershocks," Veronica Castillo told AFP from Arica.

In Iquique, the sea rushed 200 meters (yards) inland, flooding some streets, authorities said. Fishermen reported that 80 boats had been destroyed, sunk or floated out to sea.

The city's airport control tower was damaged and flights to Iquique, Arica and the northern city of Antofagasta were canceled, though they resumed on Wednesday.

Landslides covered the road linking Iquique with the rest of the country.

The state-run Codelco mining company, the world's top copper producer, evacuated some facilities on the coast but none suffered damage.

At 1230 GMT, world copper prices rose to $6,734 per tonne, striking the highest point since March 10 as traders worried about possible supply problems in the top global producer.

bur-nn/lth/pst

Briefing: Punitive aid cuts disrupt healthcare in Uganda

Uganda - News - 1 April 2014 - 8:00pm
KAMPALA 02 April 2014 (IRIN) - Since the enactment of a draconian anti-homosexuality bill in Uganda just over a month ago, donors have been slashing or suspending aid to the country in protest. Health officials, activists and NGOs warn that this could have a major impact on healthcare services, particularly for HIV/AIDS patients.

Briefing: Punitive aid cuts disrupt healthcare in Uganda

East Africa - IRIN - News - 1 April 2014 - 8:00pm
KAMPALA 02 April 2014 (IRIN) - Since the enactment of a draconian anti-homosexuality bill in Uganda just over a month ago, donors have been slashing or suspending aid to the country in protest. Health officials, activists and NGOs warn that this could have a major impact on healthcare services, particularly for HIV/AIDS patients.>

World: OCHA Report: Humanitarian Aid System in Need for Change

ReliefWeb - Press Releases - 1 April 2014 - 8:00pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs Country: World preview

Almaty, 2 April – Humanitarian aid system can no longer focus on emergency response only, it must shift to anticipating risks, concludes a new report launched by the United Nations Office for Coordination of Humanitarian Affairs (UNOCHA) today in Almaty.

The report “Saving lives today and tomorrow: Managing the Risk of Humanitarian Crises” warns that increasingly more people are being affected by more and different disasters, and it happens more often and for longer periods of time. In 2014, some 52 million people are expected to receive aid. Meanwhile, growing world population, rapid urbanization, scarce resources and other modern challenges can further exacerbate or cause humanitarian crises.

Despite such bleak forecasts, there is limited commitment and funding for prediction and reduction of risks of future disasters. A negligible 0.5 per cent of all international aid in the last 20 years went towards prevention and preparedness.

Humanitarian organizations together with development actors and governments should channel their efforts towards one common goal – helping people ahead of emergencies to avoid loss of lives and assets, and quickly rebound after disasters.

“If together we manage this shift towards anticipating risks, we can not only reduce but prevent certain crises, not only save costs but contribute to sustainable development, and not only save lives but empower entire communities,” said Rudolph Muller, Deputy Director of OCHA Geneva office.

The humanitarian community has a unique opportunity to revolutionize the humanitarian system at the World Humanitarian Summit in 2016. Conclusions and recommendations of the “Saving lives today and tomorrow” report will lay foundation for this global dialogue.

The launch of the report took place within the framework of the second Regional Consultations for the Hyogo Framework for Action post-2015 that brought together up to 100 participants from governments, international organizations, NGOs, and civil society.

For further information, please contact:
Zarina Nurmukhambetova, Public Information and Reporting Associate, nurmukhambetova@un.org, Tel. +77770789778
OCHA press releases are available at www.unocha.org/rocca or www.reliefweb.int.

Central African Republic: Central African Republic- Rainfall Forecast and Accumulation as of 2 April @03:00 / TRMM Rainfall Accumulation, 26 March - 02 April 2014

ReliefWeb - Latest maps and graphics - 1 April 2014 - 8:00pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, US Agency for International Development, Information Management and Mine Action Programs Country: Central African Republic preview

Categories: RSS feeds

Central African Republic: Central African Republic- Rainfall Forecast and Accumulation as of 2 April @03:00 / TRMM Rainfall Accumulation, 26 March - 02 April 2014

CAR - Maps - 1 April 2014 - 8:00pm
Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, US Agency for International Development, Information Management and Mine Action Programs Country: Central African Republic preview

Briefing: Punitive aid cuts disrupts healthcare in Uganda

East Africa - IRIN - News - 1 April 2014 - 8:00pm
KAMPALA 02 April 2014 (IRIN) - Since the enactment of a draconian anti-homosexuality bill in Uganda just over a month ago, donors have been slashing or suspending aid to the country in protest. Health officials, activists and NGOs warn that this could have a major impact on healthcare services, particularly for HIV/AIDS patients.>

Briefing: Punitive aid cuts disrupts healthcare in Uganda

Uganda - News - 1 April 2014 - 8:00pm
KAMPALA 02 April 2014 (IRIN) - Since the enactment of a draconian anti-homosexuality bill in Uganda just over a month ago, donors have been slashing or suspending aid to the country in protest. Health officials, activists and NGOs warn that this could have a major impact on healthcare services, particularly for HIV/AIDS patients.

Yemen aid work ever more risky

Yemen - News - 1 April 2014 - 8:00pm
SANA'A 02 April 2014 (IRIN) - The 25 March kidnapping and release of two UN workers has underlined the risks aid workers in Yemen face.

Concern over polling in Afghan schools and clinics

Afghanistan - News - 1 April 2014 - 8:00pm
KABUL 02 April 2014 (IRIN) - The recent spate of Taliban-led attacks against electoral targets in Afghanistan, with the presidential vote just days away, has increased concerns in the aid community about the use of schools and health clinics as polling stations.

Democratic Republic of the Congo: Maniema: 5.291 ménages retournés et sinistrés assistés par DFID, CAFOD et Caritas à Punia, Kasese et Kasongo

DRC - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:21pm
Source: Caritas Country: Democratic Republic of the Congo

Kindu, le 1er avril 2014 (caritasdev.cd) : Caritas Congo Asbl et sa Structure diocésaine de Kindu achèvent cette semaine un projet d’assistance humanitaire visant à contribuer à la réduction des souffrances de 991 ménages victimes des incendies de maisons dans le Territoire de Kasongo et 4.300 autres familles déplacées et retournées de guerre de Kasese dans le Territoire de Punia, en Province du Maniema, au centre de la RD Congo.

Ce projet est financé par DFID (Département britannique pour le Développement International), par l'entremise de CAFOD (Caritas d’Angleterre et du Pays des Galles).

Les équipes de Caritas ont organisé ainsi une foire aux biens d'aide humanitaire sur le site de Matumba où 2.000 ménages retournés ont été assistés, a précisé l’Abbé Stanislas Abeli, Directeur de la Caritas Kindu. Chaque ménage a reçu un kit composé d’articles ménagers essentiels à hauteur de 80$ US, des semences d’arachides d’une valeur de 20 $ US ainsi qu’une bâche et un bidon pliable de 10 litres. Cette assistance a été apporté sous l’approche foire qui tient compte de la dignité des bénéficiaires, en leur donnant le libre choix des Articles Menagers Essentiels (AME), au regard de la valeur de leurs coupons et des besoins spécifiques de chaque ménage. Les commerçants locaux y trouvent aussi leur compte.

Ainsi, la première foire du 14 mars 2014 a permis d’assister 475 ménages retournés, 525 lors de la seconde le 19 mars, 500 familles le 20 mars et 500 autres samedi 22 mars 2014. « Les collègues sont en train de se déployer à Kasese pour les mêmes activités où nous assisterons 2300 ménages en ce début avril 2014», a indiqué le Directeur de Caritas Kindu. Il sied de signaler que l’organisation de la foire était très appréciée par les bénéficiaires et l’ensemble de la population. Les bénéficiaires ont donc témoigné leur gratitude à Caritas Congo Asbl et à ses partenaires CAFOD et DFID.

Ce projet a été lancé le 20 décembre 2013, sous l’égide de CAFOD. La phase opérationnelle a démarré en janvier 2014 à Kasongo, où la Caritas a assisté 991 ménages, victimes des incendies à répétition, dont 502 à la localité de Kalombola et 489 à Kasongo-Cité. Dans son volet Protection, le projet a aussi permis la formation des leaders communautaires, des moniteurs, PNC, FARDC… sur la lutte contre les violences sexuelles ; la sensibilisation des communautés, l’identification des victimes et leur référencement aux Structures de prise en charge psycho-sociale, telle que Heal Africa. Au-delà de cette prise en charge, ces victimes de violences sexuelles de Kasongo et Kalombola reçoivent 100$ par cas.

Ces ménages retournés avaient fui les affrontements ayant opposé les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) aux miliciens de Raia Mutomboki, entre Kasese et Punia (à 240 km de Kindu), du 07 au 08 décembre 2012, jusqu’en janvier 2013.

Plaidoyer pour plus d’assistance aux retournés de Punia et Kasese

Etant donné que plusieurs milliers d’autres ménages retournés demeurent sans assistance à Kasese et Punia (distant de 125 km), la Caritas Kindu plaide pour une mobilisation plus accrue en leur faveur. «Car, c’est tout Kasese qui avait bougé lors de ces affrontements de la fin 2012 et début 2013. Actuellement, Kasese et ses environs comptent pas moins de 8.000 ménages pour qui j’espère que d’autres acteurs humanitaires pourraient intervenir», a souhaité l’Abbé Stanislas Abeli. Ce dernier reconnait toutefois que l’accès difficile à cette zone, où il faudrait trois jours en moto pour couvrir 120 km, et où la sécurité se rétablit, n’encourage pas beaucoup les humanitaires. Il remercie toutefois DFID pour son appui financier, sans oublier CAFOD pour son plaidoyer.

Guy-Marin Kamandji

Democratic Republic of the Congo: La justice ne peut plus attendre

DRC - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:18pm
Source: Open Society Foundations, Pax Christi, Human Rights Watch, EURAC, Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme, Enough Project Country: Democratic Republic of the Congo preview

Il faut promulguer deux lois qui faciliteraient la tenue de procès pour crimes internationaux graves La République démocratique du Congo devrait adopter un avant-projet de loi relatif à la création de Chambres spécialisées mixtes chargées de juger les responsables d’atteintes graves aux droits humains, ont déclaré 146 organisations congolaises et internationales de défense des droits humains dans une déclaration conjointe publiée aujourd’hui. Au cours de la session parlementaire en cours, le parlement congolais devrait également voter une proposition de loi visant à incorporer le Statut de la Cour pénale internationale (CPI) en droit congolais. La session parlementaire a débuté le 15 mars dernier.

Le Président Joseph Kabila et son gouvernement se sont récemment engagés à renforcer la capacité du pays à s’attaquer à l’impunité pour les atrocités perpétrées à l’encontre des civils. Les Chambres spécialisées mixtes qui sont proposées au sein du système judiciaire national se concentreraient sur les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime de génocide, et elles bénéficieraient au départ de la présence de personnel non congolais jouissant d’une expertise dans ce domaine. La loi de mise en œuvre du Statut de la CPI introduirait dans le droit congolais les définitions de ces crimes en accord avec le Statut de la cour, et réglementerait la coopération avec celle-ci.

« La mise en place de Chambres spécialisées mixtes et l’adoption de la loi de mise en œuvre du Statut de la CPI renforceraient la capacité des tribunaux nationaux à finalement traduire en justice les responsables des indicibles atrocités commises en République démocratique du Congo », a souligné Justine Masika Bihamba, présidente de Synergie des Femmes, un réseau d’organisations congolaises de défense des droits de la femme opérant dans l’est du pays. « Les autorités congolaises devraient transposer leurs discours en actes immédiatement et adopter des mesures concrètes favorisant la justice. »

La grande majorité des responsables de massacres, de viols, d’actes de torture, de recrutement forcé d’enfants soldats et d’incendie de maisons perpétrés en RD Congo au cours des deux dernières décennies, en particulier dans l’est du pays, demeurent impunis. Cela fait plusieurs années que les deux projets de loi sont à l’examen, mais des avancées concrètes ont été enregistrées au cours des derniers mois, faisant de leur adoption au cours de la présente session parlementaire un objectif réalisable. Ces avancées sont notamment la révision par le gouvernement de l’avant-projet sur les Chambres spécialisées mixtes, ainsi que l’adoption en décembre 2013, par une commission de l’Assemblée nationale, de la loi de mise en œuvre du Statut de la CPI.

« Les cycles répétés de violence et l’impunité qui accablent la RD Congo ont infligé d’effroyables souffrances au peuple congolais », a noté Ida Sawyer, chercheuse senior sur la RD Congo à Human Rights Watch. « Il faut de toute urgence créer un nouveau mécanisme au sein du système judiciaire national pour garantir que les responsables des pires crimes soient enfin traduits en justice – et pour envoyer un avertissement aux autres chefs de guerre et commandants de l’armée, leur faisant comprendre que les crimes graves ne resteront pas impunis. »

Haiti: Senior UN official urges donor community to ramp up efforts to tackle cholera

Haiti - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:12pm
Source: UN News Service Country: Haiti

1 April 2014 – The United Nations official tasked with coordinating the response to the cholera epidemic in Haiti says the country is not receiving the international attention it deserves, and is calling on the donor community to scale up support to combat the disease.

“Haiti is not receiving the attention of the international community, particularly the donor community,” Pedro Medrano told the UN News Centre, as he reported on a recent trip during which he met with officials in Canada, the United Kingdom, Belgium, France, Germany, Spain and the Netherlands.

“It is clear that this epidemic is not on their radar screen,” added Mr. Medrano, who is the Secretary-General’s Senior Coordinator for the Cholera Response in Haiti. Even if we are making progress, and we have a lower number of cases today, we are not out of the woods.

The cholera outbreak which has affected Haiti since October 2010 is still considered the largest in the Western Hemisphere, with more than 700,000 cases and over 8,500 deaths.

Mr. Medrano travelled to the donor countries to try and raise their understanding of what the UN is attempting to do to eliminate cholera in Haiti. “I think that it is clear that any country with the number of people suffering last year – 65,000 new cases, and we have more than 700,000 cases in total – would consider this an emergency,” he added.

Since the beginning of the epidemic, the UN has initiated a system-wide effort to support the Government of Haiti in the fight against what the Senior Coordinator referred to as “a silent emergency.” In December 2012, Secretary-General Ban Ki-moon launched an initiative for the elimination of cholera in Haiti and the Dominican Republic that focuses on prevention, treatment and education.

The UN has worked with partners in the community and international groups to launch a series of actions, including establishing/upgrading cholera treatment facilities, constructing waste water treatment plants, purchasing oral cholera vaccines, and supporting community-based hygiene campaigns.

As the Special Representative of the Secretary-General in Haiti, Sandra Honoré, indicated in her recent briefing to the Security Council, “Delivering and sustaining better health requires an urgent, scaled-up effort to combat the disease and address decades of under-investment in basic systems for safe water, hygiene, sanitation and healthcare.”

According to Mr. Medrano, less than 17 per cent of the population has access to sanitation while about half of the population has access to safe drinking water. “It’s impossible to stop the transmission of cholera and other water-borne diseases without urgent interventions in water and sanitation,” he stressed. This has prompted him to call for a Marshall Plan for the Caribbean nation.

The UN system in Haiti has developed a two-year, $68 million initiative in support of the Government’ s 10-year National Plan for the Elimination of Cholera. In addition, the UN and the Haitian Government are finalizing the creation of a high-level committee that will oversee the coordinated implementation of the cholera response measures as contained in the National Plan.

Haiti’s Ministry of Health has a plan, with the Pan-American Health Organization (PAHO), to vaccinate 200,000 people in the next couple of months and another 300,000 before the end of the year. The issue of money along with the availability of vaccines is a major challenge. The global stockpile is not sufficient to meet the needs of 500,000 people, Mr. Medrano noted.

Countries have indicated they will consider allocations to this programme in the near future. As Mr. Medrano indicated, resources are extremely important not only for medical treatment but also for water and sanitation: “We can’t wait 5, 10 years until we have everything.”

Mr. Medrano went on to say, “There is no doubt that we have made substantial progress. Today, we have fewer cases of cholera than we had in previous years. The figures from January and February 2014 show that there were 1,400 new cases – the lowest number of new cases since the epidemic began.”

The Senior Coordinator was quick to note that there was no room for complacency. “Even if we are making progress, and we have a lower number of cases today, we are not out of the woods.”

World: A Bruxelles, Ban Ki-moon appelle à la mobilisation pour prévenir les génocides

DRC - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:11pm
Source: UN News Service Country: Burundi, Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, World

1 avril 2014 – Lors d'une conférence internationale mardi à Bruxelles sur la prévention du génocide, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a souligné qu'aucune partie du monde ne pouvait s'estimer à l'abri et a appelé à la mobilisation politique sur ce sujet.

« Prévenir le génocide signifie établir des institutions nationales légitimes et responsables qui sont inclusives et crédibles aux yeux de la population. Il faut donc s'assurer que l'état de droit est respecté et que tous les droits humains sont protégés, sans discrimination. Cela signifie éliminer la corruption, gérer la diversité et soutenir le pluralisme des médias et une société civile forte, notamment les défenseurs des droits de l'homme », a dit M. Ban dans un discours devant les participants de cette conférence.

Le Secrétaire général a félicité les États membres qui ont mis en place des institutions nationales mettant l'accent sur la prévention du génocide et il a invité les autres Etats à leur emboîter le pas. Il a également salué les efforts de certains États pour partager les meilleures pratiques et stratégies en la matière.

M. Ban a toutefois estimé qu'il y avait encore des progrès à faire pour mobiliser la volonté politique, malgré des signes encourageants.

« On ne peut plus affirmer que des atrocités ne sont qu'une question intérieure, ne concernant pas la communauté internationale », s'est-il félicité. « Dans le même temps, il y a beaucoup de raisons de s'inquiéter. La communauté internationale se révèle souvent réticente à agir, parfois même lorsque des atrocités se produisent. Les raisons peuvent varier, cela va de notions différentes de l'intérêt national, à la complexité et aux risques d'une situation donnée, en passant par le sentiment de manquer de moyens. »

Mais selon le Secrétaire général, ces raisons invoquées rappellent trop ce qui s'est passé il y a vingt ans au Rwanda.

Ban Ki-moon a toutefois estimé que les Nations Unies avaient fait beaucoup d'efforts pour tirer les leçons du génocide rwandais. Il a rappelé les travaux des tribunaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda et ceux des tribunaux spéciaux pour le Cambodge et la Sierra Leone.

Il a souligné aussi le rôle joué par son Conseiller spécial sur la prévention du génocide, Adama Dieng, et par sa Conseillère spéciale sur la responsabilité de protéger, Jennifer Welsh, pour surveiller les signes précurseurs de génocide et lancer un cri d'alarme quand cela est nécessaire.

Il a également rappelé la récente initiative de l'ONU intitulée « Droits devant », qui a pour objectif d'améliorer la prévention en focalisant l'attention sur les violations des droits de l'homme.

« La prévention du génocide et des atrocités criminelles est un effort de tous les secteurs. C'est en premier lieu aux gouvernements qu'il appartient de prendre leurs responsabilités fondamentales, à savoir, écouter leur peuple et lui apporter des réponses. A défaut, c'est la communauté des nations qui doit intervenir. Mais à titre individuel, nous avons aussi, chacun d'entre nous, à assumer notre part de responsabilités, en tant que témoins, électeurs, ou citoyens du monde », a dit le Secrétaire général.

World: A Bruxelles, Ban Ki-moon appelle à la mobilisation pour prévenir les génocides

CAR - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:11pm
Source: UN News Service Country: Burundi, Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Rwanda, World

1 avril 2014 – Lors d'une conférence internationale mardi à Bruxelles sur la prévention du génocide, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a souligné qu'aucune partie du monde ne pouvait s'estimer à l'abri et a appelé à la mobilisation politique sur ce sujet.

« Prévenir le génocide signifie établir des institutions nationales légitimes et responsables qui sont inclusives et crédibles aux yeux de la population. Il faut donc s'assurer que l'état de droit est respecté et que tous les droits humains sont protégés, sans discrimination. Cela signifie éliminer la corruption, gérer la diversité et soutenir le pluralisme des médias et une société civile forte, notamment les défenseurs des droits de l'homme », a dit M. Ban dans un discours devant les participants de cette conférence.

Le Secrétaire général a félicité les États membres qui ont mis en place des institutions nationales mettant l'accent sur la prévention du génocide et il a invité les autres Etats à leur emboîter le pas. Il a également salué les efforts de certains États pour partager les meilleures pratiques et stratégies en la matière.

M. Ban a toutefois estimé qu'il y avait encore des progrès à faire pour mobiliser la volonté politique, malgré des signes encourageants.

« On ne peut plus affirmer que des atrocités ne sont qu'une question intérieure, ne concernant pas la communauté internationale », s'est-il félicité. « Dans le même temps, il y a beaucoup de raisons de s'inquiéter. La communauté internationale se révèle souvent réticente à agir, parfois même lorsque des atrocités se produisent. Les raisons peuvent varier, cela va de notions différentes de l'intérêt national, à la complexité et aux risques d'une situation donnée, en passant par le sentiment de manquer de moyens. »

Mais selon le Secrétaire général, ces raisons invoquées rappellent trop ce qui s'est passé il y a vingt ans au Rwanda.

Ban Ki-moon a toutefois estimé que les Nations Unies avaient fait beaucoup d'efforts pour tirer les leçons du génocide rwandais. Il a rappelé les travaux des tribunaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda et ceux des tribunaux spéciaux pour le Cambodge et la Sierra Leone.

Il a souligné aussi le rôle joué par son Conseiller spécial sur la prévention du génocide, Adama Dieng, et par sa Conseillère spéciale sur la responsabilité de protéger, Jennifer Welsh, pour surveiller les signes précurseurs de génocide et lancer un cri d'alarme quand cela est nécessaire.

Il a également rappelé la récente initiative de l'ONU intitulée « Droits devant », qui a pour objectif d'améliorer la prévention en focalisant l'attention sur les violations des droits de l'homme.

« La prévention du génocide et des atrocités criminelles est un effort de tous les secteurs. C'est en premier lieu aux gouvernements qu'il appartient de prendre leurs responsabilités fondamentales, à savoir, écouter leur peuple et lui apporter des réponses. A défaut, c'est la communauté des nations qui doit intervenir. Mais à titre individuel, nous avons aussi, chacun d'entre nous, à assumer notre part de responsabilités, en tant que témoins, électeurs, ou citoyens du monde », a dit le Secrétaire général.

Guinea: Combattre la peur et la stigmatisation liées à l’Ebola en Afrique de l’Ouest

Guinea - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:06pm
Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies Country: Guinea

Par Moustapha Diallo, FICR

La peur et la stigmatisation sont souvent des réactions humaines communes à une maladie, en particulier quand il s’agit de l’Ebola, une maladie hautement contagieuse qui peut se propager rapidement et pour laquelle, il n’existe pas de remède connu.

En Guinée, un pays de l’Afrique de l’Ouest, qui fait face actuellement à une propagation galopante de cas d’Ebola, la peur et la stigmatisation liées à la maladie sont de plus en plus visibles. De nombreux habitants limitent leurs déplacements, refusant de s’aventurer trop loin de leur domicile. «Il s'agit d’une réaction commune» explique Amanda McClelland, chargée de programmes-santé d’urgence à la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix -Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). «Lorsque l’Ouganda avait connu une épidémie d’Ebola en 2012, nous avions rencontré des gens dont la famille et les amis avaient eu peur d’eux parce qu’ils étaient surveillés, car suspectés de porter le virus. Personne ne pouvait les toucher. Même après leur rétablissement, on continuait à les éviter. C’est ce genre de peur et de stigmatisation que nous devons gérer immédiatement».

Au 29 Mars, 77 personnes avaient déjà trouvé la mort en Guinée après avoir contracté le virus d’Ebola. Sur 122 cas, cela se traduit par un taux de mortalité de 63 pour cent. Au cours des derniers jours, l’épidémie mortelle s’est propagée à partir des régions du sud du pays, l’épicentre de la maladie, à Conakry, la capitale. Le Libéria a confirmé deux cas et en Sierra Leone, pays voisin, des cas suspects ont été enregistrés; ce qui a poussé les autorités sénégalaises à fermer leurs frontières terrestres avec la Guinée, dans une tentative de prévenir la propagation de la maladie.

«Les gens d’ici n’ont jamais connu rien de tel auparavant, que ce soit Guinée ou en Afrique de l’Ouest » souligne Dr Facely Diawara, chef du département de la santé à la Croix-Rouge Guinéenne. «Le fait que la maladie d’Ebola soit nouvelle dans cette région, et de surcroît très infectieuse et hautement contagieuse, contribue à alimenter la peur et la stigmatisation»

Avec le soutien de la FICR, la Croix-Rouge Guinéenne travaille en étroite collaboration avec le Ministère de la santé, l’OMS et Médecins Sans Frontières pour stopper la propagation du virus mortel. Les volontaires formés de la Croix -Rouge travaillent dans les zones touchées, en procédant à l’identification et au suivi de ceux qui ont été en contact avec des cas suspects, en désinfectant les maisons des victimes d’Ebola, et à sensibiliser les communautés sur la façon de se protéger contre l’infection.

«Notre objectif principal est d’enrayer la peur et la stigmatisation en aidant les gens à éviter de paniquer. C’est pourquoi nous intensifions notre communication en fournissant aux communautés une information vitale afin qu’elles comprennent mieux la maladie et comment se protéger» explique Panu Saaristo, coordinateur des programmes de santé d’urgence à la FICR et chef de l’équipe d’évaluation et de coordination sur le terrain déployée en Guinée.

Evitez le contact direct avec des personnes porteuses du virus d’Ebola est l’une des mesures clés utilisées pour réduire la propagation de la maladie. Mais cela a aussi un effet négatif car les personnes qui souffrent d’autres maladies graves comme le paludisme sont parfois mises en quarantaine par mesure de précaution. Mais quand elles se rétablissent, la communauté croit qu’elles ont été effectivement traités contre l’Ebola et pourraient encore être contagieuses. La peur d’être marginalisé ou isolé peut aussi amener les gens à cacher leur maladie.

Les survivants d’Ebola qui ont perdu des membres de leur famille, souffrent également de la stigmatisation. Même après leur rétablissement et la fin de leur isolement, la communauté croit toujours qu’ils ont contracté le virus d’Ebola et ne les veulent pas au marché, ni dans les maisons ou les lieux de culte.

«Les familles qui sont touchées doivent obtenir un traitement approprié, mais s’être rétablies ou déclarées indemnes du virus; elles ont besoin du soutien de la communauté pour retourner à la vie normale. C’est l’un des messages que les volontaires de la Croix- Rouge délivrent aux communautés» ajoute Saaristo .

La FICR a débloqué un montant de 142’102 francs suisses de son fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe pour soutenir les communautés à risque à Conakry, Guéckédou, Kissidougou et Macenta. En dehors de la sensibilisation des communautés sur la façon de prévenir la propagation du virus d’Ebola, les volontaires de la Croix-Rouge fournissent également un soutien psychosocial aux familles touchées par l’épidémie, et aident à la gestion des cadavres.

Dans les pays voisins, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge sont également en état d’alerte et prêtes à agir pour répondre à toute confirmation de cas suspects.

Central African Republic: Stepped-up attacks in Central African Republic prompt UN call for more peacekeepers

CAR - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:05pm
Source: UN News Service Country: Central African Republic

1 April 2014 – With the Central African Republic (CAR) capital of Bangui having relapsed into wider violence, the United Nations human rights office today urged States to support the world body’s appeal for thousands more peacekeepers and police.

According to the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR), at least 60 people have been killed in Bangui in the past 10 days amid stepped-up attacks between the mainly Christian militias known as anti-Balaka and Muslims.

OHCHR spokesperson Cécile Pouilly told reporters in Geneva that on 27 March, at least 20 people were killed and 11 injured when a grenade was thrown at a crowd of mourners during a funeral service near the PK5 neighbourhood in Bangui.

On 22 and 23 March, anti-Balaka elements attacked that same neighbourhood, where some 700 Muslims are believed to be stranded, in an attempt to take control of the zone. According to the Red Cross, at least 15 people were killed during the subsequent fighting and the intervention of the African Union peacekeeping mission (MISCA) and the French military force in CAR known as Sangaris.

There are also reports of increased tensions and clashes between anti-Balaka elements and MISCA, with anti-Balaka reportedly directly targeting the mission’s military and civilian personnel on several occasions.

This past Saturday, 24 people were allegedly killed and some 100 people injured, including at least one child, by Chadian soldiers on the outskirts of the PK12 neighbourhood, in the suburb of Begoua.

“Although we are still trying to clarify the exact circumstances of this incident, it appears that Chadian soldiers fired indiscriminately at a crowd following an incident,” said Ms. Pouilly. “We are still trying to confirm the exact affiliation of these soldiers.”

On Monday, she added, an anti-Balaka element reportedly threw a grenade at Chadian soldiers, before being killed by French troops.

“In the light of this further deterioration of the security situation, we once again urge States to support the Secretary-General’s urgent appeal for thousands more peacekeepers and police,” Ms. Pouilly stated.

Amid the ongoing conflict in CAR, Secretary-General Ban Ki-moon has proposed the deployment of a nearly 12,000-strong UN peacekeeping mission that will be tasked, first and foremost, with protecting civilians in the strife-torn nation.

The UN is uniquely positioned to deploy and sustain such a mission – which would aim at re-hatting as many MISCA troops as possible – with the full range of capacities required to address the complex crisis in the country.

Thousands of people are believed to have been killed, and 2.2 million, about half the population of CAR, need humanitarian aid as a result of the conflict that began in December 2012, when mainly Muslim Séléka rebels launched attacks.

More than 650,000 people are still internally displaced, and over 290,000 have fled to neighbouring countries in search of refuge from the conflict, which has taken on increasingly sectarian overtones.

“The renewed inter-communal violence has triggered further displacement within the country and across its borders,” Fatoumata Lejeune-Kaba, spokesperson for the UN High Commissioner for Refugees (UNHCR), said in Geneva.

CAR refugees – mostly Muslim – continue to stream into neighbouring countries, according to the agency. In the past three months, more than 82,000 people from CAR have found shelter in Cameroon, the Democratic Republic of the Congo, the Republic of Congo and Chad.

UNHCR added that it fears for the lives of 19,000 Muslims in the PK12 neighbourhood of Bangui, in Boda, Carnot and Berberati, to the west of Bangui, and in Bossangoa, further north. Ms. Lejeune-Kaba stated that the agency stands ready to assist with their evacuation to safer areas within or outside the country.

She added that many of Boda’s Christians also fear the anti-Balaka militiamen, who operate with impunity.

Central African Republic: L’ONU remet 11 véhicules aux policiers et gendarmes de Centrafrique

CAR - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 5:02pm
Source: UN Development Programme Country: Central African Republic

Le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations unies et chef du Bureau intégré des Nations unies en Centrafrique (BINUCA), le général Babacar Gaye, a remis lundi 31 mars 2014 au chef du gouvernement de transition, André Nzapayéké, les clés de 11 véhicules et un lot d’équipements destinés à la police et à la gendarmerie centrafricaines. Ces véhicules sont destinés aux huit (8) Commissariats de Police et trois (3) Brigades de Gendarmerie de la capitale, en vue d’optimiser leurs capacités opérationnelles.

Initié par le BINUCA, via sa section d’Appui aux Institutions sécuritaires, et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le projet d’acquisition des véhicules fait partie intégrante de l’initiative d’appui à la consolidation de la paix, laquelle consiste à restaurer d’urgence les capacités fonctionnelles de la Police et de la Gendarmerie à Bangui. Le projet est financé à hauteur de 2.500.000 USD par la Commission pour la Consolidation de la Paix, et prend en compte la réhabilitation et l’équipement de huit (8) Commissariats de police et de trois (3) brigades de Gendarmerie de Bangui, en vue de soutenir les efforts de sécurisation de Bangui et sa périphérie.

Il convient de rappeler que, durant le mois de février, les institutions sécuritaires avaient réceptionné quatre véhicules, ainsi que des moyens de communication.

Dans son propos de circonstance, le Représentant spécial du Secrétaire général a souligné que la présente cérémonie est « une marque de confiance raisonnée et vigilante à l’endroit de la Gendarmerie et de la Police si heureusement réunis dans une même tutelle (…) Il manque aujourd’hui à l’action courageuse et déterminée de MISCA et SANGARIS le soutien d’une chaine pénale opérationnelle dont la Gendarmerie et la Police sont les premiers maillons ».

« En acceptant de contribuer à la restauration des capacités de la Gendarmerie et de la Police par la mise aux normes de l'infrastructure de 11 Brigades de Gendarmeries et Commissariats de Police et leur équipement, notamment en groupe électrogène, mobilier, bureautique et en véhicules, le Fonds d’Appui à la Consolidation de la Paix et le Programmes des Nations Unies pour le Développement veulent avant tout investir dans l’Etat de Droit », a ajouté le chef du BINUCA.

Pour sa part, le Chef du Gouvernement de la Transition a rappelé que la RCA vit une des périodes les plus critiques de son histoire. C’est pourquoi dans sa feuille de route, un accent particulier a été mis sur la paix, la sécurité et la réconciliation.

« Nul n’a plus besoin de se poser des questions pour comprendre que les manœuvres de déstabilisation de notre pays s’appellent désormais terrorisme. Sans la sécurité, il est impossible d’aller et de venir en toute quiétude; sans la sécurité, il ne pourrait y avoir de relance des activités quels qu’en soient les secteurs; sans la sécurité, il n’y aura pas d’élections libres et transparentes et le retour à la légalité constitutionnelle; sans la sécurité, c’est la paralysie totale du pays , a-t-il indiqué.

Le premier Ministre Nzapayeké a aussi formulé le vœu que des initiatives similaires puissent bénéficier aux institutions sécuritaires de l’intérieur du pays, et rappelé le vœu le plus cher de son gouvernement et de la Chef de l’Etat de la Transition, Mme Catherine Samba Panza, celui de voir les forces de défense et de sécurité centrafricaines réhabilitées pour ainsi valablement seconder les forces internationales.

Occasion pour lui de rendre un vibrant hommage aux « braves soldats de pays amis », tout en s’inclinant, avec l’assistance, dans une minute de silence pour saluer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie. Et d’ajouter : sans la justice, il n’y a pas de réconciliation ni de paix en RCA.

On pris part à la cérémonie, le Premier ministre, André Nzapayeke, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République Centrafricaine (BINUCA), le Général Babacar Gaye, les ministres de Sécurité publique, de l’Emigration- immigration, le colonel Denis Wangao-kizimale, et de la Justice, Mme Charlotte Isabelle Gaudeuille, de la Défense Théophile Timangoa, de Santé et des Affaires Humanitaires, Mme Marguerite Samba-Maliavo, de l’Education Nationale Mme Gisele Bedan, la 1ere vice-présidente de la Délégation spéciale de la ville de Bangui, Mme Madeleine Zama-Yassepou, et de nombreux autres représentants du Gouvernement.

Plusieurs Missions diplomatiques et organisations internationales, dont les Agences, Fonds et programmes de l’ONU y ont également été représentés, ainsi que les commandements des forces sécuritaires internationales MISCA et SANGARIS.

Central African Republic: HALO conducts weapons cutting training in the Central African Republic

CAR - ReliefWeb News - 1 April 2014 - 4:54pm
Source: HALO Trust Country: Central African Republic

HALO recently responded to an invitation from UNMAS (United Nations Mine Action Service) to provide weapons disposal training in CAR for the local Gendarmerie and Army. Training focused on Weapons Shears, a specialised disposal tool designed by the HALO Trust and used in six countries to facilitate disarmament projects.

The HALO team ran a four day course between the 18th and the 22nd March 2014, followed by the disposal of 745 items received from the SANGARIS (French peacekeeping force).

HALO trained and certified thirteen students, who are now able to conduct autonomous weapons disposal operations, more specifically – setting up weapons disposal perimeters, conducting “make safe” procedures with modern weapons and traditional hunting guns, keeping weapons destruction records, operating and maintaining the Weapons Shears.

Syndicate content